Conseil en relations publiques

Newsletter 19/01/2024


Bonjour à toutes et à tous, nous espérons que vous avez passé une bonne semaine et bienvenue dans votre dose hebdomadaire d'actualités en affaires publiques offerte par le cabinet VOXA. Voici les éléments qu'il ne fallait ne pas manquer cette semaine :

L’instant réglementaire

Loi PLM : Paris vaut bien une messe parlementaire

Si la nomination au ministère de la Culture, la semaine dernière, a suscité autant de confusion (du côté LR surtout) que d’enthousiasme (et bien plus encore au niveau des réseaux sociaux), le timing de son annonce de candidature à la Mairie de Paris, quelques jours à peine après avoir accepté un poste rue de Valois, peut, lui, à minima, interroger.

Une annonce. Pas franchement une surprise, mais de nature malgré tout à susciter une forme d'étonnement. D'autant que lors de sa conférence de presse du mardi 16 janvier, le Président de la République a ainsi plaidé pour que les maires de Paris, Lyon et Marseille soient élus au suffrage universel direct et a redonné à l’initiative parlementaire un sens et une priorité que ses porteurs n'espéraient plus. Mais rien n'a été négocié… En volant au secours de Rachida Dati, il a expliqué : « Nous n'avons pas parlé de Paris ». Mais... il en a profité pour évoquer les élections municipales à travers une réforme de la loi "Paris-Lyon-Marseille".

Cela tombe plutôt bien puisque depuis octobre, les députés Renaissance de Paris, Sylvain Maillard et David Amiel ont affirmé vouloir déposer, une proposition de loi pour abroger la loi « PLM » qui instaure un mode de scrutin spécifique à Paris, Lyon et Marseille pour les élections municipales. Si la droite et le camp présidentiel semblent alignés sur la question, les contours d’une telle réforme demeurent incertains. Il ne s’agit plus ici de contours mais de gros traits marqués en politique nationale depuis le remaniement et l’arrivée (non négociée, promis juré !) de Rachida Dati au ministère de la Culture…

En clair : revenir au "droit commun" et faire élire les maires de ces trois villes au suffrage universel direct. Car, en vertu de la loi PLM du 31 décembre 1982, les élections municipales à Paris, Lyon et Marseille se déroulent par arrondissements ou par secteurs, et non pas à l'échelle de la ville.

Il faut dire que l'organisation des élections municipales de Paris, Lyon et Marseille est régulièrement sous le feu des critiques : ce mode de scrutin, est accusé de donner plus de poids à certains électeurs en fonction de leur arrondissement. Quels changements sont à prévoir ?

D'où vient le régime spécial de ces villes en matière électorale ?

Le régime spécial accordé aux trois métropoles que sont Lyon, Marseille et Paris date des années 1980 lorsque le ministre socialiste de l'Intérieur, Gaston Defferre, décida d'établir un mode de scrutin indirect, c'est-à-dire que les maires sont élus par leur conseil municipal, issus de listes candidates. La liste majoritaire obtient une prime. Toutefois, lorsque la liste arrivée en tête bénéficie d'une faible majorité, cela peut créer des distorsions.

Un exemple parisien : si vous avez une très courte majorité relative dans des arrondissements qui pèsent beaucoup, vous allez remporter une grosse majorité des sièges de ce secteur, donc ça va plus que compenser vos pertes importantes. Admettons à Paris dans le 16e arrondissement, la gauche fait très peu de voix, mais dans des arrondissements centraux, elle peut gagner à 3 % près et avoir beaucoup plus de conseillers municipaux que le poids proportionnel de ces électeurs dans l'ensemble de la capitale.

Quel est l'objet de la réforme ?

L'idée de cette réforme est d'organiser deux scrutins distincts, l'un pour le conseil d'arrondissement ou de secteur, l'autre pour le conseil municipal, ainsi que de faire passer la prime majoritaire de 50 % à 25 %.

Projetons-nous

Si les votes aux prochaines municipales étaient similaires à ceux des dernières élections municipales, cela ne changerait pas grand-chose. Les calculs faits montrent qu'on aurait encore trois maires de gauche à Paris, Lyon et Marseille, avec des modifications à la marge touchant la représentation des minorités, notamment par exemple le Rassemblement National pourrait avoir un peu plus de conseillers. Mais évidemment, comme les prochaines municipales ne répéteront pas les élections passées, il est toujours possible que l'une de ces trois métropoles change de majorité.

Quid des compétences ?

Il y a peut-être des problématiques à Paris ou à Lyon, mais à Marseille, beaucoup d’élus ne voient pas ici forcément l’utilité de changer les choses dans la mesure où l’exécutif est élu en nombre de voix issues des secteurs ou arrondissements. Et si jamais un changement de loi devait être finalement retenu, les débats parlementaires promettent de porter également une évolution au niveau des compétences de proximité afin que celles-ci soient vraiment exercées par les mairies de secteur, quand on connaît l’équivalence entre le 15e arrondissement de Paris et Bordeaux ou les 6 villes d’Aix regroupées en une seule Marseille.

Décryptage

AOC, anatomie d’une chute

La polémique qui accompagne les débuts d’Amélie Oudéa-Castéra au ministère de l’Éducation nationale tient à autre chose que la nature de l’établissement fréquenté par sa progéniture. En exhortant à « clore le chapitre des attaques personnelles », elle essaie d’éteindre un incendie mais en omet l’origine. Et échoue à prendre la mesure de l’offense faite à des enseignants acculés et à des parents d’élèves désenchantés pour lesquels l’enseignement privé n’est pas une option.

Reprenons chronologiquement le fil de la polémique : vendredi, la ministre explique qu'elle et son mari ont fait le choix de scolariser leurs enfants dans le privé en raison de leur "frustration" de voir "des paquets d'heures pas sérieusement remplacées". En quoi était-ce là une première erreur de communication ?

Ça ressemble beaucoup au couac de Vincent Peillon, qui, à peine élu en 2012 à la tête de l'Éducation nationale, s'était dit favorable à l'ouverture d'un débat sur la légalisation du cannabis. À l’époque, ça avait fait bondir la droite, d'une manière finalement assez similaire à la colère qu'a engendrée Amélie Oudéa-Castéra à gauche.

Concrètement : Le ministère de l'Éducation nationale est un ministère très sensible dans lequel la première tâche est souvent de se faire accepter par la communauté éducative. Là, dès son premier jour, c'est comme si la ministre avait fait une déclaration de guerre aux syndicats et aux profs en général, en "rallumant" d'entrée le clivage très sensible du public et du privé.

Que nous enseigne finalement cette polémique ? D'abord que le silence et l'humilité sont de grandes vertus en communication de crise, et qu'il est faux de croire que cela fragilise. Ça nous montre, encore une fois, que le mensonge n'a jamais été une bonne arme de communication. À l'heure où la vie privée des politiques est connue de tous, dissimuler la vérité est toujours contre-productif. Si on s'entête à mentir, on tombe dans ce qu'on appelle en com' politique les "sables mouvants" : à force de s'agiter et de se débattre, on finit par s'enfoncer...

On se souvient qu'en 2017, Emmanuel Macron promettait de transformer de fond en comble l’exercice du pouvoir. Plus encore qu’une rupture ou qu'un renouvellement, le chef de l'État vantait le concept de disruption. Or, depuis la conférence de presse présidentielle, l'impression générale est bien davantage celle d'un grand retour en arrière, vers des valeurs essentiellement d'ordre et de moral.

Et ce n’est pas le rapport sur l’école Stanislas qui aura arrangé l’affaire… Des "dérives" homophobes et sexistes, mais aussi des pratiques non conformes à la loi. Voilà peu ou prou le résumé du rapport accablant de l'Inspection générale de l'Éducation nationale, révélé hier par Mediapart sur l'école privée catholique Stanislas. Trente pages au total, remises au ministère début août, mais jamais rendues publiques. Alors évidemment, ces révélations apparaissent d'autant plus fracassantes aujourd'hui, après que la nouvelle ministre de l'Éducation, Amélie Oudéa-Castéra, a tenté récemment de justifier son choix d'inscrire ses trois fils dans cet établissement. Toujours est-il que ce rapport fait d'abord et surtout état de situations problématiques.

Alors que les soupçons de mensonge succèdent aux accusations de « déconnexion » de la réalité des Français, c’est sur le terrain de la morale que se joue depuis quatre jours le concert des indignations et des anathèmes. Fournissant les armes à une partie de la classe politique pour réclamer la démission de la ministre, moins d’une semaine après sa prise de fonction.

Fail de com et coup d’arrêt au dispositif gouvernemental

Cette polémique touche à son intimité familiale. Et elle aurait dû d'emblée jouer de ce registre, se contenter d'évoquer le "bien-être de ses enfants", comme l'avait fait l'un de ses prédécesseurs, Pap Ndiaye, plutôt que de charger l'école publique. Mais cette polémique est quand même une sacrée épine dans le pied de l'exécutif car elle en révèle les failles.

Elle souligne la fragilité du dispositif gouvernemental : une seule ministre, issue de la société civile et sans grande expérience, pour coiffer l’Éducation nationale, la Jeunesse et les Sports, le tout en année olympique. Une sacrée prise de risque. Ensuite, cette affaire illustre l'image d’entre-soi élitiste qui colle aux basques du macronisme. Le réveil de cette microguerre scolaire entre public et privé se déroule au cœur du 6e arrondissement, le quartier le plus cossu de la capitale, à deux pas de l’école Alsacienne où le jeune Gabriel Attal a fait ses classes. Et enfin, cette polémique souligne les conséquences du départ précipité de la rue de Grenelle du même Gabriel Attal, au bout de cinq mois seulement. Cinq mois de sans-faute dilapidés en quelques jours.

Sur la scène politique :

Le chef de l'État a profité de sa conférence de presse, mardi soir, pour lancer l’assaut contre le Rassemblement national. Le Président a les élections européennes en ligne de mire, mais également la présidentielle de 2027.

On connaît désormais le nouveau visage du macronisme, résultat d’un pivot politique opéré depuis la Saint-Sylvestre et livré aux Français à travers une opération de communication qui a saturé l’espace médiatique. Et il est possible de trouver des antécédents permettant de raccrocher ce nouvel objet à l’un des grands courants politiques français.

À cinq mois des élections européennes, Emmanuel Macron a accusé le RN de préconiser une sorte de Frexit insidieux. Marine Le Pen a enterré son objectif intenable de sortir de l’euro, mais elle prétend pouvoir rester membre de l’Union européenne (UE) sans respecter les règles de copropriété européenne. Un grand écart suicidaire pour la France et pour l’Europe, selon le Président.

Emmanuel Macron a un cauchemar en tête. Au-delà du scrutin européen, où la liste conduite par Jordan Bardella caracole en tête des sondages, il redoute de voir Marine Le Pen lui succéder à l’Élysée en 2027. Ce qu’il craint au fond, c’est que le pays s’abandonne à l’extrême droite presque par accoutumance, comme s’il succombait à une sorte de fatalité.

On peut ainsi s’attacher à tracer les formules prononcées mardi soir par Emmanuel Macron. Il a utilisé des expressions entendues dans la bouche d’Éric Zemmour ou de Jean-Marie Le Pen, il est question ici du fameux « Pour que la France reste la France ». Côté mise en scène, le parallèle a été fait avec les conférences de presse du général de Gaulle lors desquelles celui-ci déployait de manière théâtrale ses grands bras derrière une table, sur une estrade, dans la salle des fêtes de l’Élysée.

C'est pour ça que l’idée d'un retour au macronisme de 2017 sonne faux. Nous sommes en 2024, Emmanuel Macron parle une autre langue. Il veut que « la France reste la France »… Wauquiez, Ciotti, Zemmour : ils devraient tous réclamer des droits d’auteur ! C’était leur slogan !

Doit-on parler des emprunts évidents à Nicolas Sarkozy… Lui qui, dès 2007, défendait une « école du respect et de l’autorité », « un service civique obligatoire de 6 mois » (tiens, tiens, l’Élysée veut généraliser le SNU), et célébrait la France du « travail et du mérite ».

Emmanuel Macron poursuit, sur ce registre, quand il défend la natalité, l’uniforme ou la Marseillaise en primaire. Thèmes qui n'ont pas (il a raison) à être la chasse gardée du RN ! C'est comme le drapeau tricolore que Ségolène Royal avait réussi à "délepeniser"…

Est-il bien "réarmé" pour affronter un RN au sommet dans les sondages ?

Reprendre les fondamentaux de Sarkozy 2007 certes, mais 2012 reste l’élection de François Hollande comme celle du début de la percée de Marine Le Pen.

Car parler la langue de son adversaire, c’est aussi le crédibiliser. Un certain Gérald Darmanin peut en témoigner… Emmanuel Macron s'est encore justifié, hier soir, sur la loi immigration. Il n'aime pas quand on dit que ce texte signe une "victoire idéologique" du RN, une bascule qui le met au centre du jeu. De même que la nomination de Gabriel Attal décomplexe Jordan Bardella et le libère du point faible qu'aurait pu constituer sa jeunesse.

Le macronisme dans son actuelle version – rien ne dit que c’est la dernière – est d’inspiration beaucoup plus ancienne que le sarkozysme auquel on veut le raccrocher. Il s’inscrit dans un héritage qui remonte au milieu du XIXe  siècle : le conservatisme. Le Président aurait pu reprendre mardi, sans se renier, une formule d’Auguste Comte publiée dans l’Appel aux conservateurs en 1855 ; le philosophe sentait alors chez les Français un « besoin de concilier radicalement l’ordre et le progrès »…

Quand Macron réarme son aile droite

Le calendrier du parlement :

L'agenda parlementaire de la semaine à l'Assemblée nationale :

Lundi 22 Janvier

> À 16h00 : Pt accélération et simplification de la rénovation de l'habitat dégradé.

> À 21h30 : Suite odj de l'après-midi.

Mardi 23 janvier

> À 15h00 :

  •   Questions au Gouvernement.
  •   Suite de l'ordre du jour de la veille (soir).

> À 21h30 : Suite de l'ordre du jour de l'après-midi.

Mercredi 24 janvier

> À 14h00 : Questions au Gouvernement.

> À 15h00 : Pt constit. relatif à la liberté de recourir à l'interruption volontaire de grossesse.

> À 21h30 : Suite de l'ordre du jour de l'après-midi.

Jeudi 25 janvier

> À 9h00 :

  • Pt convention France - Moldavie pour l'élimination de la double imposition sur le revenu et la prévention de la fraude fiscale.
  • Suite Pt accélération et simplification de la rénovation de l'habitat dégradé.

L'agenda parlementaire de la semaine au Sénat :

Lundi 23 janvier

> 14h30 : 

  • PPL Terrorisme
  • PPL Accompagnement humain des élèves en situation de handicap

Mardi 24 janvier

> 15h00 : Questions d'actualité au Gouvernement.
 > À 20h30 et le soir : 

  • PPL Nationalisation du groupe Électricité de France. Séance publique.
  • PPL Décompte annuel des personnes sans abri dans chaque commune.

Mercredi 25 janvier

> De 10h30 à 13 heures et de 14h30 à 16 heures :

  • Débat sur les pratiques des centrales d'achat de la grande distribution implantées hors de France.
  • PPL Dépistage des troubles du neuro-développement.+

À l'issue de l'espace réservé du groupe UC : Explications de vote et vote PPL Droit applicable aux collectivités locales.

Le politique de la semaine :

Le couple de la semaine ... chapeau ! 
Alexis Corbière, né le 17 août 1968 à Béziers, est un homme politique français. Il devient une figure importante du Parti de gauche, fondé par Jean-Luc Mélenchon. Corbière est actif au sein de La France insoumise depuis 2016 et est élu député à l'Assemblée nationale française en 2017, puis réélu en 2022, pour la Seine-Saint-Denis.

Raquel Garrido, née le 23 avril 1974 à Valparaíso, Chili, est une avocate, chroniqueuse et femme politique franco-chilienne. Elle a été porte-parole de Jean-Luc Mélenchon et de La France insoumise (LFI) pendant plus d'un an. Élue députée en juin 2022 dans la 5ᵉ circonscription de la Seine-Saint-Denis sous l'étiquette de la Nupes.

Cette semaine, le couple Corbière-Garrido a donné à la classe politique une leçon de communication dans un communiqué de presse, revenant sur les accusations dont fait l'objet leur fille. Ici, pas de remise en cause de la justice, un respect des institutions et une protection justement mesurée de leur famille... Grande classe... Sur ce coup, LFI 1 - Renaissance 0

 

C'est tout pour cette semaine ! N'hésitez pas à partager cette newsletter avec vos collègues et à nous contacter pour toute question ou besoin de clarifications. On se retrouve vendredi prochain. À bientôt !


Lire les commentaires (0)

Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Newsletter 19/01/2024

02 Fév 2024

Bonjour à toutes et à tous, nous espérons que vous avez passé une bonne semaine et bienvenue dans votre dose hebdomadaire d'actualités en affaires publiques ...

Newsletter du 12/01/2024

02 Fév 2024

Bonjour à toutes et à tous, nous espérons que vous avez passé une bonne semaine et bienvenue dans votre dose hebdomadaire d'actualités en affaires publiques ...

Newsletter 05/01/2024

02 Fév 2024

Bonjour à toutes et à tous, nous vous souhaitons une bonne et heureuse année 2024 ! Que cette nouvelle année nous apporte une politique française calme... ou...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.